L’hypothèse des sentiments de Jean-Paul ENTHOVEN

Publié le par LAURA

clip_image002

Editions GRASSET – décembre 2011 - 396 pages – 4è de couverture

« Pendant quelques mois, ils vécurent chacun des moments que la vie réserve aux amants intelligents.

Ils goûtèrent avec étonnement au privilège d’apesanteur qui accompagne les embrasements réussis.

Et leur liaison fut d’envergure si variable qu’ils purent croire, les jours fastes, qu’elle avait la densité d’une passion… »

L’auteur :

clip_image004

Jean-Paul ENTHOVEN est né en Algérie en 1949. Des études d’histoire, puis Sciences Po, du droit ensuite qu’il a enseigné à la Sorbonne, pour enfin faire du journalisme et de devenir éditeur et critique littéraire. Ami de BHL, il a déjà publié plusieurs essais et romans dont Aurore et Ce que nous avons eu de meilleur.

Présentation de son roman en vidéo.

Mon avis : Coeur rouge

Jubilatoire, cette lecture fut jubilatoire !

Tout est fait pour nous porter et ne plus nous lâcher au long des presque 400 pages que j’ai lues en deux jours, tout en me disant que je devrais davantage les savourer.

Les personnages d’abord, Max(imilien) et Marion, personnages principaux de l’intrigue, mais aussi les magnifiques personnages secondaires : Sixte d’Angus le mari doux-dingue de Marion, Léo le barman, Oskar, Hubertus, Elio l’ami fantôme, la belle, sensuelle et « bruyante » Lucrezia, M. Hier et Mme Demain, une galerie parfois de gens parfois loufoques mais traités avec une belle humanité.

On suit tout ce petit monde entre Paris, Monte-Carlo, Rome, la Russie, Nice et la petite chapelle… sur une année entre un 23 juin et le 23 juin de l’année suivante.

Et puis il y a les objets : les deux valises rouges, le petit carnet noir, la licorne en plâtre, Anna Karénine, la photo d’Audrey Hepburn, les boucles d’oreille en forme de crânes, le Chevalier d’Eon, la Mercedes de Max…

Mais aussi les sentiments, les états d’âme : l’amour ( ?) ou le sentiment amoureux, l’amitié, la solitude, l’ennui, les hésitations, les peurs…

Il y a surtout un style inventif en diable, mêlant journal intime, scènes de théâtre, apartés de l’auteur avec le lecteur, compte-rendu de M. M(elchior), prières à la Vierge Marie, hypothèses et réflexions… jusqu’à la fin, inattendue !

Assurément, ce roman pétillant, en trois parties comme les trois actes d’une pièce, est mon premier et gros coup de cœur de 2012 et je vous recommande de vous précipiter chez votre libraire sans attendre, au risque de manquer cette pépite !!

Citations :

*Ce prénom entra en grande pompe dans son oreille, tel l’avant-garde ailée d’une reine, troublant mille replis de son âme, y établissant un règne immédiat.

*Ne vous laissez pas habiller par la tristesse ou la solitude. Ce ne sont pas des tenues pour vous.

*Il s’en remit à son avenir qui, de toute façon, se tramait en dehors de son consentement.

*Le plaisir se distingue du bonheur en ceci qu’il se paye sur-le-champ, fût-ce au détriment de celui ou celle qui le procure. Le bonheur, lui, peut cheminer à travers des moments parfois désagréables mais porteurs d’une plénitude différée. De ce fait, le plaisir n’exclut ni la cruauté, ni la violence. Tandis que le bonheur, lui, est toujours doux.

*La mer, scintillant comme l’envers d’un au-delà, éclatait entre arbustes et rochers, par grandes taches bondissantes.


Logo Livraddict

Publié dans LIRE

Commenter cet article