Le rideau déchiré - Jodi PICOULT

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

4è de couverture :

Elevée par Andrew, son père, Délia Hopkins a connu une enfance heureuse dans le New Hampshire. Mais alors qu’elle s’apprête à se marier, elle découvre que son père est recherché depuis 28 ans par la police pour l’enlèvement de Bethany Mathews, qui n’est autre qu’elle-même… Sous le choc, la jeune femme cherche la vérité. Au risque de bouleverser sa vie et celle de ses proches.

 L’auteur :

Jodi Picoult est diplômée de Harvard et Princeton. Elle a toujours aimé l’écriture et s’y consacre à plein temps depuis sa première grossesse. Elle trouve son inspiration dans la lecture des faits divers des journaux. En 2003, elle a reçu le New England Book Award pour l’ensemble de son œuvre (Ma vie pour la tienne, La couleur de la neige, le Pacte, le Cercle de Salem..)

 Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce livre pour un tas de raisons. Le sujet traité – la mémoire, ses pièges, la subjectivité des souvenirs, qu’en reste-t-il au bout d’un certain nombre d’années ? Les personnages sont attachants, chacun participe à ce chant choral (mais ont-ils vraiment la même partition ?) L'histoire écrite par chacun des protagonistes, ce qui évite une écriture trop linéaire. J’ai particulièrement aimé Fitz, l’ami indéfectible, toujours dans l’ombre à veiller sur Délia, et ce père magnifique que j’ai tour à tour chargé puis défendu.
En fait j’ai beaucoup changé d’opinion sur les uns et les autres au fil du livre, car l’auteur instille et distille les détails savamment, juste au bon moment.
Le passage sur l’indienne hopie m’a un peu paru artificiel mais j’y ai appris des choses sur cette tribu, et notamment sur les Katchinas qui dansaient de longues heures pour attirer la pluie et avoir de bonnes récoltes.

 Quelques citations :

*quand on renonce à poser des questions, ce n’est pas toujours par crainte d’entendre des mensonges mais au contraire par peur de la vérité.

*quand on raconte son histoire, il faut parler franchement, mais on a toujours l’impression de raconter une nouvelle histoire.

*il y a deux manières d’aimer. Quand on ne veut pas courir de risques, on aime quelqu’un à son image… Mais il y a une autre manière d’aimer : chacun naît avec un bord un peu ébréché, et certaines personnes rêvent de trouver la pièce qui s’y ajustera parfaitement. Elles peuvent passer leur vie entière à la chercher.


Publié dans LIRE

Commenter cet article