Le langage secret des fleurs de Vanessa DIFFENBAUGH

Publié le par LAURA

image

Editions PRESSES DE LA CITE - 390 pages – 4è de couverture

Ballottée depuis toujours de familles d’accueil en foyers, Victoria Jones est une écorchée vive que la vide n’a pas épargnée. Incapable d’exprimer ses sentiments à travers les mots, l’orpheline a appris à maîtriser le langage secret des fleurs, qui traduit parfaitement ses émotions extrêmes. A 18 ans, elle se retrouve à la rue et se réfugie dans un parc de San Francisco, où elle se crée un véritable jardin secret avec des boutures volées au gré de ses errances. Sa rencontre avec Renata, une fleuriste, lui fait prendre conscience de son formidable pouvoir : celui d’aider les autres à communiquer leurs sentiments à travers des bouquets qu’elle leur compose. Pour la première fois, Victoria se sent à sa place. Lui reste à s’ouvrir au monde et à régler quelques comptes avec son passé…

Traduit de l’américain par Isabelle CHAPMAN

L’auteur :

image

Vanessa DIFFENBAUGH est née à San Francisco. Diplômée de l’Université de Stanford, elle a longtemps animé des ateliers d’écriture dans des quartiers défavorisés. Elle vit actuellement avec son mari et ses deux enfants près de Boston. Le langage secret des fleurs est son premier roman. Elle s’est inspirée pour l’écrire de son expérience de mère d’accueil.

Rencontre avec l’auteur.

Mon avis : ÉtoileÉtoileÉtoileÉtoileÉtoile

Roman COUP DE CŒUR !

Victoria fait partie de ses enfants marqués par la vie, éternels petits oiseaux blessés. Elle, cependant, est capable de résilience, c’est-à-dire qu’elle sait résister, souvent à son corps défendant, aux chocs de toute sorte qui ont émaillés sa vie jusqu’ici. Elle va petit à petit se laisser apprivoiser, sa pulsion de vie sera la plus forte… . Les chapitres alternent le récit de Victoria à deux périodes clés de sa vie : 10 ans et à 18 ans. On sent bien qu’entre les deux, un évènement dramatique a eu lieu, mais cela se dévoile petit à petit et les fils se nouent tranquillement.

C’est un très beau roman, très fort. Mais sans jamais tomber dans le pathos, dans le larmoyant. C’est le détour par le langage des fleurs qui le permet. C’est une réelle trouvaille de l’auteur. J’ai aussi beaucoup aimé l’idée du dictionnaire que fait Victoria.

Parmi les thèmes abordés, la relation mère-fille, très finement analysée et les parcours cahotiques suivis par certains enfants abandonnés (ça fait froid dans le dos !)

Il y a de très beaux personnages féminins : Renata, Elisabeth et le seul homme du roman, ô combien attachant, Grant.

Un petit plus encore pour la couverture qui est magnifique.

Le tout réuni en fait un vrai, vrai bon moment de lecture, qui laisse place à l’optimisme !!

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Milly 07/12/2011 03:31

J'en suis à la page 62 - Chapitre 8 et je pense que je vais beaucoup aimé. Ton billet vient le confirmer! :)

LAURA 07/12/2011 21:00



C'est effectivement un beau livre qui inspire l'optimisme. Belle lecture !!    



lespassionsdemalo 15/08/2011 10:07


Un petit coucou d'une adepte du forum "Partage lecture".
Je viens de faire une belle ballade sur ton blog.
Bonne continuation.
A bientôt


LAURA 15/08/2011 12:08



Merci pour ton gentil message Malo !