C"’est ici que l’on se quitte de Jonathan TROPPER

Publié le par LAURA

image

Editions 10/18 - 390 pages – 4è de couverture

Qu’est-ce qui est pire que d’aller enterrer son père ? Réponse : passer les sept jours suivants enfermé avec sa propre famille de dingues… Pour Judd qui nage en pleine déprime, cette semaine de Shiv’ah pourrait être la pire de sa vie. Famille, je vous hais ! Heureusement, il y en a au moins un qui n’est plus là pour voir ça…

Traduit de l’américain par Carine CHICHEREAU

L’auteur :

imageJonathan TROPPER est né en 1970 et a grandi à Riverdale, dans l’état de New York.

Titulaire d’un master en  creative-writing à la University Graduate School of Arts and Science, son premier roman, Plan B, est paru aux USA en 2001. Celui-ci est son 5è roman.

Il vit désormais à Westchester (New York) où il enseigne à Manhattanville College.(source : éditeur)

Mon avis : ÉtoileÉtoileÉtoileÉtoile

J’ai adoré ce livre que je n’ai plus quitté dès que commencé.

On y passe de la franche rigolade à la gorge serrée, tant l’auteur a l’œil acéré et l’art de décrire avec humour et justesse, des personnages, des situations, et en même temps de rendre d’une manière très juste, les sentiments et les émotions.

Cette famille un peu déjantée va être coincée pendant une semaine entière après les funérailles du père, afin de respecter la shiv’ah, selon la tradition juive. Tous les amis, voisins et connaissances vont défiler à cette occasion pour venir voir les « endeuillés » et leur apporter leur soutien.

Il va s’en passer des choses pendant cette semaine, dont la moindre n’est pas le sexe... car « il faut un bon GPS pour suivre la vie sexuelle des membres de cette famille ».

La mère et les quatre frères et sœurs vont se retrouver, se dire maladroitement parfois leurs quatre vérités, se souvenir et redécouvrir que finalement ils s’aiment, même s’ils ne savent pas se le dire et préfèrent « noyer l’émotion sous la logistique »

Très belle peinture des relations familiales, des non-dits qui peuvent empoisonner la vie, de la tendresse qui ne sait pas se dire.

Une lecture que je vous recommande.

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Suzanne 22/08/2011 18:13


Ô que je note. J'ai tellemnt aimé «Le livre de Joe» de cet auteur que je veux connaître ses autres écrits. Merci Laura.


LAURA 22/08/2011 22:20



Il est bien fin comme écrivain !!