Les Eveilleurs–tome 2 : Ailleurs de Pauline ALPHEN

Publié le par LAURA

clip_image002

Editions HACHETTE Jeunesse - pages – 4è de couverture

Je n’ai pas remercié mon père, je n’ai pas souhaité bon anniversaire à mon frère. Je n’ai pas remercié je n’ai pas souhaité mon père mon frère mon père mon frère frère frère…

Trois jours qu’elle errait dans le dédale qui reliait le château de Salicande aux grottes dissimulées dans la montagne. Trois jours qu’elle essayait de retrouver son chemin, taraudée par l’angoisse et l’urgence, passant de couloir en couloir, tournant en rond, se récitant cette phrase tant de fois qu’elle perdit le sens des mots.

Trois jours que Claris avait disparu.

L’auteur :

clip_image004 Pauline ALPHEN est née en 1977 d’un père français et d’une mère brésilienne. Elle a vécu toute sa vie entre la France et le Brésil. Baignée dans une double culture, elle découvre avec la traduction un espace qui lui permet de créer un « entre-deux » linguistique.

Après avoir entrepris des études de journalisme et d’histoire au Brésil, elle se lance dans une carrière d’auteur et de traductrice et vit aujourd’hui à Toulouse avec sa famille. (Source : Hachette Jeunesse)

Mon avis : Coeur rouge

J’ai adoré me replonger dans ce monde créé par l’auteur. J’y ai retrouvé avec plaisir les personnages que nous avions quitté à la fin du tome 1 après le jeu et le grand incendie du château.

J’aime toujours autant les passages relatifs aux Nomades de l’Ecriture, à Blaise dont on sent le potentiel encore inexploité et à Blanc-Faucon qui a pris une belle place dans ce volume.

Bravo pour la dernière partie (chronologie et lexique des Temps d’Avant) qui permet de synthétiser un peu cet univers tellement foisonnant.

Par contre, j’ai trouvé un peu longs les épisodes de Claris sur l’île et de Jad et Ugh dans les limbes, car le rythme était alors très lent. Il faut dire que plus on avance dans l’histoire, plus on a envie de voir tous les fils patiemment tissés se rejoindre…

Malgré ce petit bémol, je tire mon chapeau à Pauline Alphen pour cet « Ailleurs » qui me rend impatiente de lire la suite !

Citations, belles formules, trouvailles littéraires :

*Elle profitait de la marche, du rythme des pas, de la beauté des paysages, de la paix du silence, pour laisser pensées et sensations aller et venir, pratiquant cette rêverie éveillée qui est le matériau du poète.

*Etre l’arbre cet arbre-là bourgeonnant et encore rempli de la froide légèreté de la neige avec ce ciel autour et cette densité de l’air être en lui le prendre en soi se perdre en avoir le souffle coupé vouloir dire merci sentir le temps beauté.

*Rien n’est seul, rien n’est oublié, rien n’est dépourvu de sens, rien n’est insignifiant et rien n’a d’importance.

*L’écriture est un désir qui se travaille, un travail qui se désire. Sans désir, pas d’écriture, sans travail, pas d’écriture.

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Anis 02/01/2012 15:38

Je ne la connaissais pas mais la littérature de jeunesse compte de nombreux et talentueux auteurs.

LAURA 02/01/2012 16:29



C'esst une jeune auteur avec une écriture très poétique, notamment quand elle décrit des paysages, des ciels. C'était encore plus sensible dans le premier tome des Eveilleurs. J'avais fait un
billet là-dessus en avril ou mai.