Terrienne de Jean-Claude MOURLEVAT

Publié le par LAURA

image

Editions Gallimard Jeunesse – 2011 – 387 pages

4è de couverture

Tout commence sur une route de campagne.

Après avoir reçu un message de sa sœur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et…passe de « l’autre côté ». Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d’humanité, mais où elle rencontrera cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa sœur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu’au bout, au péril de sa vie.

Et se découvrira elle-même : Terrienne.

L’auteur :

imageJean-Claude MOURLEVAT est né en 1952 en Auvergne. Des études en France et à Bonn, une carrière courte de professeur d’allemand, avant de devenir comédien et metteur en scène de théâtre. Depuis 1997, il se consacre à l’écriture avec bonheur, plébiscité par les lecteurs, les critiques et les prix littéraires.

Mon avis : ««««

J’aime les histoires de passage dans des mondes parallèles.

Celui qu’a inventé l’auteur est terrifiant, blanc, aseptisé, ennuyeux à mourir, ce que font les habitants vers la cinquantaine. Mais terrifiant de violence aussi.

Alors aimez notre belle Terre, respirez à pleins poumons, vivez !! et surtout, si sur votre route, vous croisez le panneau « Estrellas », malgré le joli nom, passez votre chemin !!!

Les personnages sont très attachants ; on retiendra particulièrement Etienne, Mme Stormiwell et son « humanisme », Torkensen le maladroit, Bran l’hybride si généreux, et Anne que l’amour pour sa sœur emmènera très loin aux portes de l’enfer.

L’écriture est fluide et aisée ; c’est donc un très bon moment de lecture !

Citation :

*Je suis amoureuse de cette Terre sur laquelle j'ai mes pieds. Je l'aime avec tous ses défauts, toutes ses tares. Je l'aime à cause de ça. J'aime le trop froid et le trop chaud, la pluie, la boue, les embouteillages, les examens ratés, les cartes postales moches, les mensonges, les larmes, les blessures et la mort. J'aime ce qui manque et ce qui dépasse, j'aime le trop et le pas assez, je veux me brûler aux orties et aux casseroles, ça ne me dérange pas, je veux bien égarer mes clés, avoir mal à la tête, être trompée (pas par Bran), être bousculée. Mais je prends aussi les bonnes choses. Je veux être caressée, je veux manger des banana split, je veux écouter de la bonne musique, recevoir des lettres, voir naître des bébés, faire la sieste, aller à Venise... je veux faire entrer l'air dans mes poumons, ... je veux respirer.

Publié dans LIRE

Commenter cet article