Ceux qui sauront de Pierre BORDAGE

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

CEUX QUI SAURONT


Jean et Clara devraient bientôt se séparer : elle regagnerait Versailles, il retournerait dans la clandestinité.

-Pourquoi êtes-vous allé à l’école ? demanda-t-elle.

-Je voulais apprendre.

-Et qu’avez-vous appris ?

-L’alphabet, l’écriture, l’arithmétique… comme tout écolier, je suppose.

-Vous comptez en faire quoi ?

Il haussa les épaules.

-Je ne sais pas au juste. Ceux qui gouvernent savent, alors je pensais que c’était bien de savoir. Que ça améliorerait ma vie.

Et si le passé avait été différent, quel serait notre présent ?

Un monde scindé en deux. Les riches détenant le savoir, les pauvres condamnés à l’ignorance. Il y a ceux qui acceptent, s’oublient dans le silence. Mais il y a ceux qui se battent pour qu’une société plus juste émerge enfin.

 

L’auteur :

Déjà présenté ici.

 

Mon avis :

Nous sommes au XXIè siècle mais il n’y a que les aristocrates emperruqués qui ont le droit d’étudier. L’Ecole est interdite aux « cous noirs », afin de les asservir et de les exploiter plus facilement que s’ils étaient instruits. Les barbares ne sont pas ceux qu’on croit.

Cependant, toute dictature engendre ses rebelles et un certains nombres de « cous noirs » apprennent à lire, écrire et compter la nuit dans des greniers, à l’insu de la classe dirigeante. Non seulement ils apprennent mais ils transmettent.

C’est ainsi que Jean apprend sous la direction de Magda, alors que Clara se désespère parce que son père, grand argentier du royaume, lui impose des cours avec un précepteur qu’elle rejette.

Ils vont se rencontrer, dans des circonstances dramatiques, ils vont s’aimer, être séparés mais se retrouveront quand la Révolution se mettra en marche.

Ce roman est noir mais en même temps, extrêmement humaniste, comme tout ce qu’écrit l’auteur. Il y a des scènes d’exécutions très crues, une déambulation dans un Paris de misère (en opposition à un Versailles de luxe et de démesure) MAIS il y a la foi dans le savoir et la connaissance, qui permettent à l’homme de réfléchir et de s’élever.

Ce roman permet de rappeler la chance inouïe donnée à nos enfants de fréquenter l’Ecole. A faire lire et méditer par nos chères têtes blondes, au collège !!!

Je vous en recommande absolument la lecture. C’est du grand Bordage !

Publié dans LIRE

Commenter cet article

La librivore 05/07/2010 09:23


Chère Laura, un tag pour toi, si tu le veux bien, "et toi comment choisis-tu tes livres ?"


LES PASSIONS DE LAURA 07/07/2010 06:51



Je les choisis à l'instinct pour la plupart ; un titre qui m'accroche ou une couverture ou une 4è de couverture alléchante... Mais aussi en me fiant à un petit panel de blogueurs et blogueuses
aux goûts relativement similaires aux miens. Mes chers québécois sont pour moi une mine d'or !!! Je regarde aussi les
critiques du monde des livres, de livres hebdo, télérama... et les blogs de quelques autres lecteurs qui lisent radicalement autre chose que moi pour découvrir de nouveaux auteurs et "sortir" un
peu de mes lectures habituelles.