Des bibliothèques pleines de fantômes de Jacques BONNET

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

DES-BIBLIOTH-PLEINES-DE-FANTOMES.jpg4è de couverture :

Avez-vous peur de mourir dans votre sommeil, enseveli sous l'écroulement de votre bibliothèque ? L'accumulation de livres ne met-elle pas en danger l'existence même de votre famille ? Classez-vous les volumes par thème, langue, auteur, date de parution, format ou selon un autre critère de vous seul connu ? Peut-on faire voisiner sur une étagère deux auteurs irrémédiablement brouillés dans la vie ? Autant de graves questions se posant à cette espèce en voie de disparition : les bibliomanes, qui, outre la passion de posséder les livres, ont celle de les lire. Les bibliothèques sont des êtres vivants à l'image de notre complexité intérieure. Elles finissent pas composer un labyrinthe dont pour notre plus grand, et dangereux, plaisir, nous pouvons très bien ne plus sortir. Dans ce petit traité sur l'art de vivre avec trop de livres apparaissent, parmi nombre d'autres, Pessoa tentant de devenir bibliothécaire, Matisse postulant au poste de " contrôleur du droit des pauvres " ou encore le capitaine Achab et le mystère de sa jambe abandonnée à Moby Dick. En fait, ces milliers de pages qui occupent nos étagères sont peuplées de fantômes bien vivants qui, une fois rencontrés, ne nous quittent plus.

 L’auteur :

Jacques Bonnet est éditeur et traducteur. Il a publié un magnifique ouvrage sur « Lorenzo Lotto » et un polar se déroulant à la Renaissance et mettant en scène un libraire et Giordano Bruno «  A l’enseigne de l’amitié ».

Mon avis : 

« Les livres sont coûteux à l'achat, ne valent rien à la revente, sont hors de prix lorsqu'il faut les retrouver une fois épuisés, sont lourds à porter, prennent la poussière, craignent l'humidité et les souris, sont à partir d'une certaine quantité quasi impossibles à déménager, nécessitent un classement précis » 

On ne peut qu’adhérer à tout ce qu’écrit Jacques Bonnet, pour autant que l’on aime les livres (comme moi) ; des piles (les PAL), des listes (les LAL) et des coups de cœur que l’on achète pour le résumé, la couverture, ou le conseil d’un ami. Bref  quand on aime lire, on ne s’ennuie jamais, on voyage d’un continent à l’autre (réel ou non), on rencontre des gens (réels ou non), on s’interroge sur soi, sur le monde, on n’est jamais seul…
Après avoir passé en revue toutes les habitudes et manies des bibliomanes, Jacques Bonnet s'interroge sur ce que le numérique va changer de notre rapport au livre. 
 Je vous conseille donc fortement ce petit opus « sur l’art de vivre avec trop de livres » !


Pour ma part,

·         je ne classe pas mes livres, j’ai essayé mais je ne tiens pas sur la distance car il faudrait sans cesse réorganiser les espaces. Je les range donc par ordre de lecture et à l’aide de mon cahier de lecture, sachant quand j’ai lu un livre, je sais où le trouver dans mes bibliothèques ;

·         je lis beaucoup dans mon lit ou au minimum dans un fauteuil ou un canapé ; je peux difficilement me concentrer si je suis sur une chaise ;

·         j’ai toujours un livre dans mon sac pour le cas où il me faille attendre quelque part ; je suis ainsi sûre de ne pas m’ennuyer.

·         j’achète de plus en plus de livres d’occasion : l’idée de savoir que quelqu’un avant moi a tenu cet objet me donne l’illusion de partager quelque chose avec cette personne ; 

·         j’apprécie la littérature québecoise pour son authenticité et le fait qu’elle me « rapproche » de ce pays que j’aime ; mais par ailleurs, je suis très éclectique dans mes choix.
 


Publié dans LIRE

Commenter cet article

Allie 12/12/2009 22:10


Il a l'air intéressant! Peut-être que j'aimerais :)