En cuisine de Monica ALI

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

EN CUISINE  Partenariat Amazon

Editions BELFOND– 625 pages - 4è de couverture :

Chef des cuisines de l’Hôtel Imperial, un vrai palace plus vraiment à la hauteur de sa splendeur d’antan, Gabriel Lightfoot doit composer chaque jour avec une équipe cosmopolite et chahuteuse, une petite amie chanteuse qui se pose des questions sur leur relation et un père malade qui lui laisse des messages aussi laconiques que culpabilisants sur son répondeur.

Une mort va faire voler en éclats son fragile équilibre ; le corps d’un des plongeurs est retrouvé dans les sous-sols du restaurant. Une mort solitaire, anonyme, parmi ces travailleurs immigrés interchangeables. Soudain, Gabriel prend conscience que ses cuisines cachent bien des secrets : trafics en tous genres, prostitution, chantages, violence quotidienne…

Surgit Léna, une fille de l’Est, mystérieusement liée à la mort du plongeur. Irrésistiblement attiré par cette femme en perdition, Gabriel va prendre une décision qui remettra en question tout ce en quoi il avait cru jusqu’ici.

Traduction d’Isabelle MAILLET.

L’auteur :

Monica ALI est née en 1967 à Dacca et a émigré en Angleterre à l’âge de 3 ans. Elle a été sélectionnée parmi les 20 meilleurs romanciers britanniques de la décennie, avant même que son premier roman Sept mers et treize rivières ne soit publié, finaliste du Man Booker Prize 2003, lauréate de nombreux prix, l’auteur est devenue en moins d’un an, un véritable phénomène du paysage littéraire international. En cuisine est son 2è roman. Elle a également publié un recueil de nouvelles Café Paraiso en 2007 . Elle vit à Londres avec son mari et ses deux enfants.

L’auteur présente son livre ici

Mon avis :

Chaque évènement ou micro-évènement dans sa cuisine est l’occasion pour ce chef quadragénaire de faire le point sur sa vie personnelle et professionnelle et de revisiter son enfance d’un œil d’adulte.

Cela fait de longues digressions qui ralentissent considérablement le rythme du récit. A aucun moment on ne perçoit l’effervescence qui pourtant règne dans ce genre d’endroit, parce que le propos est centré sur le chef et ses interrogations, nonsur ce qui se passe réellement.

Du coup, j’ai trouvé ça morne, comme un repas qui s’étire en longueur…et me suis autorisée à « lire vite ». Malgré les passages « sautés », j’ai l’impression de n'avoir rien manqué !!

Bref ! la rencontre n’a pas eu lieu entre ce livre et moi….

Publié dans LIRE

Commenter cet article