Grâce et dénuement d'Alice FERNEY

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

GRACE ET DENUEMENTBABEL – 289 pages - 4è de couverture :


Dans un décor de banlieue, une libraire est saisie d'un désir presque fou : celui d'initier à la lecture des enfants gitans privés de scolarité. Elle se heurte d'abord à la méfiance, à la raillerie et au mépris qu'inspirent les gadjé. Mais elle finit par amadouer les petits illettrés, en même temps qu'elle entrevoit le destin d'une famille sur laquelle règne une veuve , mère de cinq fils.

L’auteur :

Remarquée à la sortie de Grâce et Dénuement qui obtient le Prix Culture et Bibliothèque pour tous en 1997, Alice FERNEY  s'est imposée sur la scène littéraire française dans les années 2000. Diplômée d'une école de commerce  et docteur en économie, cette mère de famille (née en 1967) partage  son temps entre l'écriture et l'enseignement à l'Université d'Orléans.

Ses ouvrages, de facture souvent classique, interrogent la féminité,  l'amour et les relations hommes-femmes, comme dans 'La Conversation amoureuse' ou 'Les Autres'. Même si elle aborde des thèmes plus graves avec 'Le Ventre de la fée' et surtout 'Dans la guerre', Alice Ferney se distingue par son optimisme et son amour de la vie.

 Mon avis :

J’ai adoré ce livre que j’ai lu en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !

Tout y est juste : la vie des gitans décrite de façon réaliste, sans aucun misérabilisme – le rôle des femmes, la place des hommes, l’amour des enfants – mais aussi l’ostracisation dont ils sont victimes, la difficulté à être ne serait-ce que regardés comme des êtres humains.

L’histoire s’écoule sur environ deux ans,  de leur installation sur le terrain de l’ancienne institutrice jusqu’à leur expulsion  à sa mort.

Les personnages sont beaux, avec leurs forces, et leurs faiblesses : Angéline, la Vieille, cette mère-tigresse, dont le seul plaisir dans la vie est désormais d’avoir autour d’elle ses 5 fils, gardienne du feu pour la tribu, qui en vient à considérer Esther comme sa fille, mais qui va lâcher prise devant l’adversité, non sans avoir passé le relais à Nadia, sa belle-fille préférée. Esther, ancienne infirmière, qui contre vents et marées, s’obstine à venir au camp lire des histoires aux enfants, à leur transmettre son amour de la lecture,  qui découvre les conditions de vie  misérables qui sont faites aux Manouches. Les fils, qui passent leur vie autour de leur camion, partant quelquefois en « tournée » pour assurer quelques revenus, observant leurs femmes qui assument toute la partie intendance de leur vie et l’éducation des enfants. On les trouve fatalistes, veules, cognant quand leur moindre condition les rattrape, aimant leur femme mais infidèles, et aussi mâles fiers voire orgueilleux, peu prêts à courber  l’échine, revendiquant de vivre selon leurs traditions. Et les enfants, désirés, aimés (malgré les quelques taloches..), vifs et pleins de vitalité, s’élevant comme l’herbe folle, mais curieux, qui vont trouver en Esther une bonne fée leur ouvrant l’esprit à la lecture, à la culture que les autres enfants acquièrent à l’école.

Le style est particulier : fluide comme la vie qui s'écoule, beaucoup de discours indirect libre et des dialogues non marqués typographiquement car incorporés dans la narration ; et puis,  le titre est particulièrement bien trouvé et dit à lui seul les extrèmes de la vie de ces gens.

C’est fort, ça fait réfléchir  et je vous recommande vivement cette lecture.

Citations :

 - « Les hommes étaient détruits, bien plus que les femmes….Ils étaient défaits parce qu’ils n’étaient obligés à rien Ils n’étaient jamais tendus vers quelque chose, personne n’attendait rien d’eux. Ils traînaient, sauvegardant des apparences qui valaient autant pour eux que pour leurs femmes : leur fierté. (…) C’est de vivre comme ça, disaient-ils en guise d’excuse, tout gênés lorsqu’ils avaient frappé trop fort un enfant ou à demi violé leur épouse. »

- « Un peu plus loin, du côté des caravanes, les femmes étaient aussi entre elles, groupées autour du feu comme autour de leurs secrets, qui n’étaient pas tant ce qu’elles savaient ou fabriquaient, et qu’elles auraient voulu taire, mais ce qu’elles ressentaient et qu’elles ne pouvaient pas dire. Parce qu’on a beau vouloir croire le contraire, un homme un mari, ça ne comprend pas tout. (…) Les hommes c’est rien ! répétait Misia, c’est bien agité autour d’un petit morceau de chair qui durcit, mais c’est pas tout, après ils sont là eux (elle montrait les enfants) et qui s’en occupe, hein ? »
 

Publié dans LIRE

Commenter cet article

La librivore 22/04/2010 19:38


Je te remercie de ton accueil. En fait, j'ai souvent trouvé (je suis en train par exemple de lire le dernier Pancol dont tu as fait la critique), donc j'ai souvent trouvé que les femmes écrivains
d'aujourd'hui donnaient bien à comprendre les paradoxes de la condition féminine, qu'elles étaient des porte-voix et donnaient à entendre les souffrances, les désirs, les paradoxes, les conflits
entre femme, mère, amante. Je pensais que ce serait bien que les lectrices et lecteurs aussi disent ce qui les a bouleversé, enchanté, quelles résonances elles ont trouvé. la communauté existe déjà
et un forum aussi où pourrait être exprimé tout cela. je te souhaite une très bonne soirée.


LES PASSIONS DE LAURA 23/04/2010 06:44



OK, je viens de regarder et je publierai dans cette communauté dès que j'y serai admise. Bonne journée.



La librivore 22/04/2010 16:17


Bonjour, j'avais déjà découvert ton blog qui est une mine de lectures les plus appétissantes les unes que les autres et je cherche des participantes pour la communauté "Littérature au féminin" qui
aimerait explorer l'écriture féminine, le monde vu et senti par les femmes, et la spécificité de leur regard.


LES PASSIONS DE LAURA 22/04/2010 18:54



Bonjour et merci pour ton message ! Il est vai que je me "vautre" avec un plaisir toujours renouvelé dans tout ce qui se lit....


La communauté dont tu me parles existe-t-elle déjà ? Quelles en sont les règles du jeu ?


LAURA



La librivore 28/03/2010 01:05


Je vous conseille alors "L'élégance des veuves" que je suis en train de relire et qui est magnifiquement écrit.


LES PASSIONS DE LAURA 28/03/2010 12:32


Merci pour ce conseil ! Je viens de regarder le résumé et le mets sur ma LAL dès aujourd'hui.