Imhotep, l'inventeur de l'éternité de Christian JACQ

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

IMHOTEPXO Editions – 523  pages - 4è de couverture :

Pharaon est mort, l’Egypte vacille.

Le farouche prince Djéser, décidé à fonder une nouvelle dynastie, sera-t-il élu par le Grand Conseil, les dieux le désigneront-ils ?

En cette période troublée qu’une force maléfique, l’Ombre rouge, compte exploiter pour établir le règne des ténèbres, un jeune artisan, Imhotep, découvre qu’il possède d’étranges pouvoirs.

Comment pourrait-il imaginer son incroyable destin, lui, le foreur de vases appelé à devenir l’inventeur de l’éternité ?

De sa rencontre avec Djéser dépendra l’avenir d’une civilisation qui sera bâtie par l’intermédiaire de la première pyramide en pierres, gigantesque escalier unissant la terre au ciel. Sabotages, embûches et maléfices se multiplieront pour empêcher le pharaon et Imhotep de réaliser leur Grand Œuvre.

 L’auteur :

Christian JACQ est né en 1947. Parallèlement à sa carrière d’universitaire en archéologie et en égyptologie, il  publie des romans dont le cadre est l’Egypte antique, mais aussi des policiers pour lesquels il use de pseudos (JB Livingstone, Christopher Carter ou Célestin Valois). Son œuvre est conséquente : une centaine au bas mot…

Mon avis :

Pour situer cette histoire, dans celle très longue des pharaons et reines d’Egypte : DJESER fonda la IIIè dynastie à la mort de son père Khâ-sekhemouy et régna de 2625 à 2605 avant JC. Sa demeure d’éternité est la pyramide à degrés de Saqqarah, objet de ce roman.

A peine étais-je entrée dans les premières pages, que je me suis retrouvée les pieds dans le sable et rafraîchie par la douce brise du vent dans les palmes….

L’écriture est fluide (même si pas vraiment travaillée), l’intrigue se noue graduellement, les chapitres courts donnent du rythme à l’ensemble.

On suit la montée en puissance d’Imhotep, ce personnage aussi talentueux que discret et humble. Tout le temps plane l’inquiétante et venimeuse Ombre rouge, dont le but est de voir le Mal triompher. Qui est-elle (il) ? Jusqu’au bout, on s’interroge…

Cela étant, la construction est identique à celle d’autres séries comme La Pierre de Lumière : un artisan génial et intègre, une histoire d’amour dont on sait déjà comment elle se terminera, des complots de palais, des fonctionnaires et des dignitaires véreux, ce qui donne un peu à l’ensemble un air de « déjà vu » je trouve.

Ce roman ne restera pas pour moi dans la grande littérature, mais tout de même une lecture divertissante.

Publié dans LIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article