L'avant-dernière chance de Caroline VERMALLE

Publié le par LAURA

L'avant-dernière chance par Vermalle

Editions CALMANN-LEVY –246 pages – 4è de couverture

A Londres, lors du tournage d’une fiction pour la télévision, Adèle, jeune stagiaire, reçoit un texto totalement inattendu et absolument irréel : son grand-père, mort quelques jours auparavant, lui souhaite un joyeux anniversaire…

(…) Ce beau récit, touchant et juste, mêle à la gouaille des dialogues l’émotion de sentiments qui peinent à se réveler.

 L’auteur :

Caroline VermalleCaroline VERMALLE est née en 1973. Elle est férue de voyages, d’aventure et de cinéma. Fille d’un pilote de chasse, elle déménage 10 fois avant de quitter le cocon familial à 17 ans. Elle décroche ensuite le diplôme de l’Ecole Sup. d’Etudes Cinématographiques. Puis à 21 ans elle s’exile à Londres, où elle travaille à la BBC et grimpe les échelons jusqu’à devenir productrice associée. En 2006 elle épouse un architecte sud-africain et déménage en France en 2007. L’avant-dernière chance est son premier roman qui a reçu le prix de la Fondation Bouygues Telecom-Métro 2009.

.Mon avis : ¶¶¶¶

J’ai adoré ce joli roman sensible, subtil, émouvant. Le style est très fluide et je l’ai lu très vite, portée que j’étais par les émotions, les rires, les petits détails qui m’évoquaient des souvenirs, à moi aussi.

Une belle réflexion sur le temps qui passe et sur l’urgence qu’il y a à profiter au maximum de ceux que l’on aime.

Une réussite pour un premier roman, qui nous laisse espérer de belles pages à venir.

Citations :

* Les rondeurs du bocage s’allongeaient en plaines chatouillées par le vent.

*Quand Georges rentra ans sa chambre à l’Hôtel du Centre, elle n’était plus jaune pipi et gris béton comme la veille, elle était jaune soleil et gris souris, mais une jolie souris.

* Il y a des moments dans la vie où on a juste envie de se servir d’un grand bol de n’importe quoi.

*Oh le temps, il est passé ma belle. Les vieux, ils le voient bien, ce temps qui passe, qui emporte les amis, éloigne les petits-enfants, et fait des tours avec les souvenirs. Et les jeunes, eux, ils ne savent rien du temps, invincibles, pressés et injoignables.

*C’est dans sa maison qu’Adèle lui rendait un honneur qu’il aurait apprécié plus que toutes les médailles : une place au soleil dans le panthéon de son enfance heureuse.

Publié dans LIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard 25/11/2010 21:28


Je l'espère !!! J'ai cru comprendre sur Facebook qu'elle en avait terminé le premier jet !!!


LAURA 28/11/2010 22:14



tant mieux ! j'ai hâte...



Richard 25/11/2010 10:21


Moi aussi, j'avais adoré ce premier roman.
J'attends avec impatience la sortie du 2e roman de cette très sympathique auteure.
Au plaisir !


LAURA 25/11/2010 21:27



Le  2è est-il attendu incessamment ?