La chute des géants de Ken FOLLETT

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

 

La chute des géants : Le siècle par FollettEditions Robert LAFONT – 996 pages – 4è de couverture

En 1911, les grandes puissances vivent leurs derniers instants d’insouciance. Bientôt la guerre va déferler sur le monde… De l’Europe aux Etats Unis, du fond des mines du Pays de Galles aux antichambres du pouvoir soviétique, en passant par les tranchées de la Somme, cinq familles vont se croiser, s’unir, se déchirer, au rythme des bouleversements de l’Histoire.

…..Entre saga historique et roman d’espionnage, drames amoureux et lutte des classes, ce premier volet du Siècle raconte une vertigineuse épopée où l’aventure et le suspense rencontrent le souffle de l’Histoire.

 

L’auteur :

Ken Follett

 Faut-il encore le présenter ?  

Ken FOLLETT est né en 1949 au Pays de Galles et compte parmi les plus grands auteurs de thrillers et de romans d’espionnage (Réseau Corneille, Les Lions du Panshir…).

Mais c’est avec ses romans historiques Les Piliers de la Terre et Un Monde sans Fin qu’il a connu ses plus grands succès : 20 millions d’exemplaires vendus. Plusieurs de ses livres ont été adaptés au cinéma.

Il vit en Angleterre, à Stevenage, avec son épouse députée travailliste.

(source : Editeur Robert LAFFONT)

Mon avis :

Waouh !! magnifique balade dans le début du XXè siècle s’il en est !

Même si on a la minime prétention de connaître un peu son Histoire, on est entraînés là dans les petits secrets des cabinets ministériels et l’on vit au jour le jour l’avancée inexorable vers l’entrée en guerre après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand.

On y découvre que les politiques se soucient bien peu de la vie des gens ordinaires et des conséquences dramatiques de leurs décisions : leur objectif, c’est avancer dans leurs résolutions, ne pas perdre la face et mettre en place des stratégies pour ce faire. L’ami d’hier peut devenir l’ennemi de demain : qu’importe ! pourvu que les intérêts majeurs soient préservés.

Tout cela est raconté au travers de l’histoire de 5 familles russe, galloise, anglaise, allemande et américaine. L’amour ne tient pas compte de la politique mais la guerre va se charger de modifier les destins des uns et des autres.

Ken FOLLETT fait montre d’une grande connaissance de la nature humaine et n’a pas son pareil pour tracer des portraits saisissants de vérité, notamment les deux très beaux d'Ethel et de Maud.

J’ai eu un moment la tentation de « sauter » quelques passages par trop « politique politicienne » mais je suis bien vite revenue en arrière pour ne pas perdre une once de cette magnifique écriture.

Citations – expressions magnifiques – trouvailles littéraires :

*Il en était allé ainsi  au cours de ces deux dernières semaines (…) Dans tous les pays, les adversaires de la guerre avaient perdu la partie : les Autrichiens avaient attaqué la Serbie alors qu’ils auraient pu s’en abstenir ; les Russes avaient préféré la mobilisation  à la négociation ; les Allemands avaient refusé de participer à la conférence internationale qui aurait pu régler la crise ; les Français s’étaient vu offrir une chance de rester neutres et ils l’avaient laissée passer ; et voilà que les Anglais allaient intervenir dans le conflit alors qu’ils auraient pu conserver un rôle d’observateurs. (p. 312-313)

*Tous les gouvernements souhaitaient pouvoir prétendre qu’ils n’avaient pas voulu la guerre, mais avaient été contraints de la faire. (p.319)

Publié dans LIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pikkendorff 24/10/2010 16:57


Bonjour "Plume agile"

J'ai du mal à faire passer le roman avant l'histoire dans la cadre d'un roman historique.

Pourtant il semble, et j'aime assez vos jugements, que pour celà Ken Follet a conservé son talent de conteur.


LES PASSIONS DE LAURA 24/10/2010 19:13



C'est le cas ! Une belle plume assurément.. 



Richard 24/10/2010 14:54


Et voilà ma première lecture pour les vacances du temps de Noël !!!
Un bon livre, une tempête de neige et un feu dans la cheminée.
Ah oui, et un verre de vin rouge !
merci!
Bonne lecture !


LES PASSIONS DE LAURA 24/10/2010 19:13



Le livre fait près de 1000 pages, alors il te faudra la cordée de bois et plus d'un verre de vin rouge !! 



pikkendorff 24/10/2010 09:26


Merci pour votre chronique. ''Les piliers de la terre'', relus il y a peu, me donnait envie de lire ce dernier ouvrage. Le choix de l'extrait m'incite à ne pas le faire.

Croire que les Anglais puissent être observateurs, que les Français puissent rester neutre ou que les Autrichiens ne puisse pas intervenir sur leurs marches, montre un Ken Follett comme un OuiOui
au pays des Bisounours avec une méconnaissance de l'histoire européenne longue.

Merci beaucoup de votre commentaire


LES PASSIONS DE LAURA 24/10/2010 12:07



C'est le choix qu'il a fait pour ce roman, ainsi que celui de l'historien qui l'a conseillé ; il s'en explique à la fin du roman.


Ca n'a pas valeur de document historique, sauf peut-être au niveau de l'atmosphère, car pour moi c'est bien un roman avant tout.