La double vie d'Irina de Lionel SHRIVER

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

LA DOUBLE VIE D IRINAEditions BELFOND– 790 pages - 4è de couverture :

Le jour où Irina accepte de dîner seule avec Ramsey Acton, célèbre joueur de snooker, elle ne se doute pas que sa vie va basculer. Qu’un instant d’hésitation va mettre son couple en question. Et que la routine de sa confortable existence londonienne va voler en éclats.

Car, contre toute attente, ce dîner avecf Ramsey se révèle très agréable. A tel point qu’à la fin de la soirée, Irina se trouve prise d’une folle envie de l’embrasser…

Entre Londres et New York, le destin d’un triangle amoureux, ou quand le choix d’un baiser donné (ou pas) change radicalement le cours d’une existence.

Traduction d’Anne RABINOVITCH

 L’auteur :

Lionel SHRIVER est née en Caroline du Nord. Très déterminée, à 8 ans, elle décide qu’elle ne sera jamais mère, à 15, elle prend un prénom masculin. Après 6 romans qui ont connu une publication confidentielle aux USA, elle écrit Il faut qu’on parle de Kévin, récit inspiré par la tuerie de Columbine qui a connu un succès éclatant.

La double vie d’Irina est son second roman traduit en français.

 Mon avis :

Ce roman ne se livre pas sans quelques efforts de la part du lecteur. Effort de patience, notamment au début, le temps de se faire à la forme.

Car c’est toute une construction que de faire un roman dont les chapitres alternent selon qu’Irina a été, ou non, infidèle à Lawrence, son compagnon ! Mais cela ralentit le rythme, forcément…

C’est une très fine analyse de la vie de couple, avec ce qui est vécu, ce qui est rêvé, ce que nous sommes capables de supporter, les interrogations multiples qui nous traversent quand le couple dure. Celui dont on rêve est peut-être embelli par ce rêve et puis, on ne connaît peut-être pas si bien que ça celui avec qui l’on vit.

Cela donne un roman dense, subtil, et j’ai finalement été contente de persister au-delà de la page 60, moment auquel j’ai bien failli le quitter.

 Citations :

*La monogamie ne lui avait demandé aucun effort. En neuf ans, Irina avait été attirée par l’un des membres du Blue Sky Institute pendant une demi-heure exactement – puis l’homme s’était levé pour servir une deuxième tournée et elle avait remarqué que son derrière avait la forme d’une poire. Ce fut tout ; juste un chat dans la gorge qui ne se concrétise pas en rhume.

*Irina avait établi un jour (…) que le bonheur était par définition un bien-être dont on n’avait pas conscience sur le moment. (…) On en prend conscience à l’instant précis où il commence à nous échapper. (…) Ce mot est un constat a posteriori, une étiquette collée après coup sur une époque.

*Faire jouir une femme avec le bout du doigt exigeait le talent spécial de ces surprenants marchands ambulants du centre de Las Vegas capables d’inscrire votre nom sur un grain de riz.

*On ne pouvait lire sa propre vie comme un livre, ni évaluer la longueur des chapitres restants en les feuilletant.

*Les vertus de la routine selon elle, étaient complexes. Jusqu’à un certain point, la répétition servait à mettre l’habitude en valeur, à l’élever au rang de rituel. Poussée trop loin, elle devenait un facteur d’érosion.

*L’ennui issu de la routine est un luxe d’une brièveté infaillible. On vous accorde un nombre donné de jours, et vous seriez bien avisé de savourer tous les matins que ne gâchent ni une arthrite, ni la maladie d’Alzheimer.

Publié dans LIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isabelle 16/09/2010 14:50


Pas nécessairement... Ce livre m'avait bouleversé mais il faut avoir le coeur bien accroché!


LES PASSIONS DE LAURA 16/09/2010 22:10



C EST CE QUE J AI CRU COMPRENDRE OUI ! PAS SURE QUE JE PUISSE LE LIRE.



Isabelle 16/09/2010 00:14


Ça ne semble pas être dans le même genre que Il faut parler de Kevin, je me trompe ?


LES PASSIONS DE LAURA 16/09/2010 06:53



Je crois effectivement que c'est très différent ! j'avais lu la 4è de Il faut parler de Kévin, mais je n'ai pas eu envie de l'acheter. Ai-je eu tort à ton avis ?



La librivore 08/09/2010 09:48


J'ai bien aimé les citations que tu as notées; elle sont fines. Tout cela semble bien vu.


Richard 04/09/2010 13:31


Bravo pour ta persévérance. Quelquefois, c'est payant ...!


LES PASSIONS DE LAURA 04/09/2010 17:53



Oui, c'est vrai que cette fois, ça a donné un bon résultat. Il faut dire que je répugnais à ne pas lire les 650 pages restantes !!! 



pikkendorff 04/09/2010 11:04


Au fil de votre excellente chronique, j'hésite à le lire ou ne pas le lire.
Puis-je suggérer une notation générale avec des étoiles comme sur Babelio?
Au final, combien d'étoiles lui donneriez-vous? Je dirai 2, non?


LES PASSIONS DE LAURA 04/09/2010 17:52



Je lui ai mis 4 étoiles finalement, ne serait-ce que pour l'analyse si fine des relations dans le couple...