La louve blanche de Thérésa REVAY

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

4è de couverture :

Passion orageuse dans une Europe tourmentée.

Chassée de St Pétersbourg par la révolution bolchevique, Xénia, une jeune russe blanche qui vient de voir mourir son père sous ses yeux, prend avec les siens le chemin de l’exil. Après un long périple à travers l’Europe, c’est à Paris qu’elle trouve refuge. Dans la ville lumière, sa beauté est remarquée et lui fait intégrer le monde de la mode où elle rencontre Max, séduisant photographe allemand. Une rencontre qui va bouleverser son destin… Leur passion, aussi incandescente que tourmentée, laisse deviner un amour qui transcende les différences. Mais alors que l’Histoire s’accélère, Xénia et Max doivent faire des choix douloureux…

 L’auteur :

Thérésa REVAY est née en 1965 à Paris. Des études de lettres, la traduction de romans anglo-saxons et allemands, deux romans historiques et la critique dit d’elle qu’elle est l’héritière d’Henri Troyat, pas moins !!

Mon avis :

J’ai plusieurs fois été tentée de lâcher le livre. C’est bien écrit, bien documenté au niveau historique (de 1917 à 1944 en Europe) mais les valses-hésitations du personnage de Xénia m’ont finalement agacée et découragée. Certes, elle a vécu des moments difficiles, certes il lui a fallu assumer frère, sœur, nounou, et tonton, mais elle se mure dans une froideur qui ne plaide pas pour son personnage. Elle a souffert, elle a montré qu’elle est forte ainsi qu’on l’attend d’elle, et bien, que diable ! qu’elle le vive ce grand amour avec Max et qu’elle cesse de le faire souffrir, lui et son pauvre mari Gabriel. Les personnages secondaires sont ce qu'on attend d'eux : Macha, la soeur révoltée - son mari, l'affreux jojo de service (mais Max l'avait prévenue...)...

Bref, c'est assez rare pour que je le dise : j’ai quitté aux environs de la page 400 (eh oui quand même !...), pas la patience d’attendre qu’elle se décide à vivre, enfin !!

Publié dans LIRE

Commenter cet article