La passagère du France de Bernadette PECASSOU-CAMEBRAC

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

4è de couverture :

3 février 1962. Le paquebot France quitte Le Havre pour son premier voyage. Il va traverser les eaux glaciales de l'Atlantique Nord pour atteindre New York en cinq jours. Il emporte à son bord mille employés pour deux mille passagers, un record absolu pour un palace des temps modernes. Tout sur le France est exceptionnel. Ce paquebot est l'oeuvre la plus aboutie, inégalée de l'"art de vivre à la française". Les plus riches étrangers ont réservé leurs places des années à l'avance, dès sa construction. Dans la cohue, Sophie, une jeune journaliste chargée d'écrire un reportage pour son magazine, monte à bord persuadée qu'elle va vivre des heures de rêve. Michèle Morgan, Juliette Gréco ne sont-elles pas du voyage parmi bien d'autres personnalités ? Mais dans les cales du France se noue un drame et Sophie croise un mystérieux officier. Sa vie va basculer et son destin l'attend au bout du voyage. Le plus beau bateau du monde est le personnage central de cette grande intrigue romanesque qui restitue l'atmosphère exaltante d'une époque charnière : la France du début des années 60, héritière de l'après-guerre et confiante en l'avenir.

 L’auteur :

Bernadette PECASSOU-CAMEBRAC est originaire du Sud-Ouest, a fait ses études à Pau et a débuté une carrière de journaliste à la Dépêche du Midi.

Ensuite, réalisatrice de reportages pour la 5 et Arte, elle  a quitté la profession pour ne vivre que de sa plume. Très attachée à son Pays basque natal, elle y puise l’inspiration de certains de ses romans comme La villa Belza. On  connaît d’elle également L’impératrice des Roses, La Belle Chocolatière.

 Mon avis :

Un foisonnement de moments inoubliables lors de cette première traversée transatlantique du France en février 1962 : la tempête, une crise cardiaque qui donne lieu à une première médicale, la montée à bord de Jackie Kennedy à l’arrivée au Pier 88 à New York.....

Mais aussi de petites scènes très « cinématographiques » comme la main contre la vitre pendant la tempête (Sophie et « l’officier »), le « bide » de la descente des neuf marches vers le restaurant Chambord, Andréï et son couteau contre le journaliste….. On sent bien que l’auteur a travaillé pour la télévision, ses descriptions sont très « visuelles » et ne s’embarrassent pas de grandes phrases.

Dès les premières phrases, on est embarqué (c’est le cas de le dire !!) dans ce roman très documenté. La  jeune journaliste, Sophie, qui veut se donner des airs d’Anouk Aimée (dans la Dolce Vita) va très vite se retrouver au cœur d’une histoire qui la dépasse, mais dans laquelle elle va jouer un rôle important.

J’ai trouvé très émouvant le récit d’Andréï, les souffrances d’enfants me remuent toujours… J’ai bien aimé que le sujet ne soit pas centré sur les états d’âme des « nantis » mais plutôt que l’on suive les petites gens des étages les plus bas  du bateau…. J’ai chanté Let’s twist again…. dansé avec Sophie… j’étais bien et n’avais pas envie que le livre se termine. Alors je vous souhaite le même plaisir !!

Vidéo de présentation du livre par son auteur : 

 

 

Publié dans LIRE

Commenter cet article