La traversée du continent de Michel TREMBLAY

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

DEFI LA PLUME QUEBECOISE

Editions LEMEAC – ACTES SUD – 284 pages – 4è de couverture

En 1913, à Sainte-Maria de Saskatchewan, Rhéauna apprend de sa grand-mère que sa mère souhaite l’avoir près d’elle à Montréal. Il lui faudra quitter cette famille d’adoption où, en compagnie de ses sœurs Béa et Alice, elle grandit entourée d’amour, au milieu d’infinis champs de maïs.

En 3 jours et 3 rêves, elle va traverser le continent et rencontrer des personnages aux ailes feliniennes. A son arrivée à Montréal, une des pages les plus importantes de sa jeune vie aura été tournée : Nana n’ira plus entendre pousser le maïs dans la nuit en craignant l’œil du Grand Manitou. Ce qui l’attend, au-delà du bonheur fragile de retrouver sa mère, n’a pas encore de nom pour elle.

Inspiré par l’affection qu’il porte à la personne et au personnage de sa mère, l’auteur renoue avec la veine centrale qui alimente le cœur de son œuvre. Roman d’une immense tendresse.

 

L’auteur :

Je l’ai déjà présenté ici.

 

Mon avis :

L’auteur a su se mettre dans la peau d’une petite fille de 10 ans ; aussi c’est assez surprenant de lire les pensées de Rhéauna tout au long de son aventure. Tout d’abord avant son départ de chez ses grands-parents aimés, puis à chaque étape du voyage ; elle nous donne ses impressions, sur ce qu’elle voit et qu’elle ne comprend pas toujours, sur ce qu’elle ressent. J’avais l’impression d’être aux côtés de cette petite fille si vive et si curieuse, pendant le voyage, de suivre la caméra qui la filmait, dans ce long traveling.

Il y a là toute l’atmosphère de début du siècle dernier, au travers des descriptions vestimentaires,  au travers des progrès dans les transports, les équipements (baignoire, ascenseur…), au travers des portraits dont l’auteur a le secret. Ses personnages sont hauts en couleurs, typés, attachants.

Et puis, il y a tous ces petits détails sur l’enfance : les petites filles qui se serrent toutes les trois dans un seul lit pour éviter le froid mais aussi les peurs d’enfant, les petits rituels, les chansons… c’est délicieux !

Enfin il y a cette parlure québécoise tellement savoureuse et qui ressemble beaucoup au parler des gens de Vendée. J’adôoore ! 

Cela m’a donné bien envie de lire d’autres œuvres de Michel Tremblay. Espérons qu’il en sera de même pour vous.

Publié dans LIRE

Commenter cet article

parlure quebecoise 06/11/2010 15:41


je viens de faire un billet sur la parlure québécoise si vous voulez compléter


LES PASSIONS DE LAURA 07/11/2010 07:47



Merci !   J'ai mis un lien vers votre article. 



Richard 09/10/2010 18:00


Un gros merci pour ta passion du Québec et de sa littérature !
J'aime beaucoup ton site !!
Amitiés !


LES PASSIONS DE LAURA 09/10/2010 21:17



Je me languis de retourner dans ce pays magnifique (déjà 5 ans que je n'y suis pas allée), mais ça va venir !! et j'aime tellement les gens là-bas, leur chaleur, la simplicité des rapports
humains. Tout ça se retrouve souvent dans votre littérature. 


Amitiés



Suzanne 04/10/2010 16:51


Ah je suis ravie que ce premier tome de la série La Diaspora des Desrosiers t'ait plu. Je te conseille les deux autres qui sont absolument superbes. : La Traversée de la ville et la Traversée des
sentiments.


LES PASSIONS DE LAURA 09/10/2010 21:18



Je l'ai ai achetés ! pas de souci je les lirai