Le miroir de Cassandre de Bernard WERBER

Publié le par LAURA

 

Le miroir de Cassandre par WerberEditions ALBIN MICHEL– 632 pages – 4è de couverture

« Et vous, que feriez-vous si vous pouviez voir le futur et que personne ne vous croie ? »

 L’auteur :

 Bernard Werber

Bernard WERBER est né à Toulouse en 1961. Dès l’âge de 13 ans, il écrit des histoires pour un fanzine. Il a fait des études de criminologie et de journalisme et devient journaliste scientifique à Eurêka, le journal de la Cité des Sciences.  De ces années, lui vient son goût pour la science, qu’il mêle à ses thèmes favoris, des fourmis à la mort, jusqu’aux origines de l’Humanité.

Son style d’écriture intègre différents genres, notamment la saga d’aventure, la science-fiction de l’entre-deux-guerres et le conte philosophique. Ses romans et ses nouvelles s’entrecroisent, reprenant des personnages ou des thèmes.

Son œuvre comprend 17 romans, des recueils de nouvelles, une pièce de théâtre, une BD… Avec 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Bernard Werber est un des auteurs français contemporains les plus lus au monde.

(source : Wikipédia)

Mon avis : « (soit 3,5/5)

Comme toujours, après la trilogie des Fourmis que j’avais trouvée géniale,  je suis très partagée sur les romans suivants  de Bernard WERBER : ça se lit facilement, c’est truffé de ce que j’appelle des « bons mots » ou des trouvailles, on retrouve sa belle culture scientifique, mais, mais, mais….. c’est plein de clichés au niveau des personnages (les clodos dont un ancien baroudeur alcoolique, la maquerelle moche, l’asiatique doué en informatique….) -même si à la longue on les aime bien-, au niveau des situations comme la fille de l’ancien ministre qui va vivre dans une décharge, et qui de quasi-autiste va s’ouvrir aux autres  grâce à son parcours initiatique ; c’est souvent binaire et ça manque un peu de nuances, alors que le lecteur n’a pas forcément besoin qu’on enfonce le clou pour comprendre. Le personnage le moins réussi est Cassandre à mon sens ; je la trouve assez fade, comparée aux autres de Rédemption, notamment.

Cela dit, les thèmes abordés : la futurologie, l’état catastrophique dans lequel se trouve la planète à cause de notre propension à satisfaire nos besoins immédiats sans réfléchir à l’héritage que l’on va transmettre à nos descendants, la peur de connaître l’avenir, la prophétie des mayas sur la fin du monde programmée pour le 21 décembre 2012, sont autant de questions intéressantes du point de vue de l’Humanité.

Alors c’est parfois un peu longuet, parfois un peu prétentieux,  on souhaiterait que l’auteur manie davantage l’ellipse pour laisser le lecteur  faire travailler son imaginaire au lieu de lui livrer des images toutes faites, mais je n’ai quand même pas pu lâcher le livre avant la fin !!!

 Citations – bons mots – trouvailles littéraires :

*Les joueurs de Loto raisonnent de manière irrationnelle, ils n’achètent pas de l’argent futur, ils achètent de l’espoir au présent. Et du coup, ils ne sont jamais réellement déçus.

* »Si tu vois ce que je veux dire » ce sont comme trois points de suspension qui font surgir aussitôt un film dans ma tête.

*La pauvreté du vocabulaire, c’est ça la vraie misère. C’est comme peindre avec cinq couleurs alors qu’on peut avoir une palette d’un millier de nuances…. Les mots pourtant, c’est gratuit, on ne peut pas vous les voler. Ce sont des trésors que les gens ne pensent pas à utiliser.

*Vivre à deux, c’est résoudre ensemble des problèmes qu’on n’aurait pas si on vivait tout seul.

*C’est comme si nous les visionnaires, nous étions obligés d’être d’une totale exactitude là où ceux qui parlent du présent sont autorisés à toutes les approximations.

*Voilà ce qui fait la vraie force d’un individu : receler un monde intérieur grâce auquel il peut communiquer avec lui-même n’importe quand, sans limite.

*C’est parce qu’on n’a pas appris aux jeunes à cultiver leur monde intérieur qu’ils ne supportent pas le silence, l’inaction. Quand ils sont seuls ils n’ont rien à se dire à eux-mêmes.

*Les petites phrases sont des rustines pour réparer les accrocs des destins.

 

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Anis 22/01/2011 17:09


je suis assez d'accord avec toi. On passe un bon moment, c'est bien ficelé mais il cède à quelques facilités.