Les robes bleues de Timothy FINDLEY

Publié le par LAURA

 

51TBXGFEY9L. SL160 -copie-1

 

Editions Le Serpent à Plumes – 2003 – 206 pages

4è de couverture

 

Stratford-sur-Avon, Ontario. Au cours de l'été 1998, un couple parfaitement uni, modèle de réussite sociale, de grâce et de beauté, se défait. En contrepoint : le scandale de l'affaire Bill Clinton/Monica Lewinsky. Originaire de Louisiane, Jane Kincaid n'a pas eu d'autre choix pour travailler dans le théâtre que de quitter sa ville natale du sud des Etats-Unis, Plantation. Ce soir, elle assiste au succès de son mari Griffin, dans le rôle de Claudio. Le Stratford Festival, haut lieu de théâtre en Amérique du Nord, bat son plein. Au programme : Beaucoup de bruit pour rien, La Tempête, Richard III. Mais cette soirée magique sonne le glas du bonheur conjugal. Véritable tragédie dans les règles de l'art, la suite n'est qu'une série de catastrophes inéluctables. 
Renouant avec son expérience d'acteur, mettant en scène des personnages ambigus et à la dérive, Timothy Findley dissout en virtuose les frontières entre l'art et la vie, entre le roman et le théâtre, et nous offre, dans son ultime roman, quelques clefs pour l'ensemble de son oeuvre. 

L’auteur :

 

Timothy FINDLEY est un homme de théâtre et un écrivain canadien de langue anglaise né à Toronto, le 30 octobre 1930 et mort en France à Brignoles, dans le Var, en Provence, le 20 juin 2002.

On lui doit de nombreux romans dont Le verger de Pierres, Le dernier des fous, la fille de l’homme au piano, Le chasseur de têtes, Pilgrim.

(Source : Babelio)


Mon avis : «««

 

Ca se laisse lire malgré les longueurs et certaines descriptions qui ralentissent le rythme. Heureusement, celui-ci s’accélère avec les dialogues et les phrases nominales. Les personnages sont très ambivalents et seuls Will, Milos et Mercy m’ont paru « purs » et authentiques.

Un roman qui ne restera pas très longtemps dans ma mémoire.

 

Publié dans LIRE

Commenter cet article