Menteuse de Justine LARBALESTIER

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

Menteuse par Larbalestier

Editions GALLIMARD Jeunesse – 313 pages – 4è de couverture

Micah admet sans problème qu’elle est une menteuse compulsive. Et c’est sans doute la seule chose honnête qu’elle nous dira jamais….

Vous aimez jouer avec le paranormal ?

Jetez-vous dans Menteuse et trouvez VOTRE vérité !

L’auteur :

Justine LarbalestierJustine LARBALESTIER est une auteure australienne,  passionnée de cricket. Elle vit avec son mari entre New York et Sidney.

Elle a écrit romans, scénarios, essais. Sa thèse de doctorat à l’Université de Sidney portait sur La batailles des sexes dans la science-fiction.

En ce moment, elle planche sur une histoire qui se passe dans les années 30 et s’est complètement immergée dans l’atmosphère : vêtements, musique, danses…

Lien avec son site : http://justinelarbalestier.com/ . Son blog est momentanément en sommeil car elle semble souffrir du syndrome du canal carpien (RSI in english).

 

Mon avis :

Le moins que l’on puisse en dire est que ce livre déroute !

Déjà pour tout vous dire, j’ai acheté le livre pour son titre qui claque et vous attire l’œil comme le phare de Cordouan au large de Royan, mais aussi pour le regard quasi hypnotique de la fille de couverture. Les yeux bleu clair ont toujours sur moi un fort effet d’attrait-répulsion, je ne sais pourquoi.

Alors ensuite ce n’est pas l’écriture qui m’a retenue dans le livre ; ce n’est pas ce que j’appelle de la belle langue (traduit de l’américain par Alice Marchand), mais ça se lit, vite, un style plutôt parlé, sans doute un choix, parce que raconté par une ado.

C’est donc l’histoire dont je n’ai pu me détacher une fois commencée. Très vite, on apprend la mort de Zach, l’ami-petit ami de Micah, et commence l’enquête policière avec les soupçons qui pèsent sur elle,  parce qu’elle le voyait en secret, leur secret. Et là, l’auteur nous balade, d’avant en après, de l’histoire de mon lycée à l’histoire de ma famille, dans un roman en 3 parties : où je dis la vérité, où je dis la vraie vérité, la vérité authentique et véritable. Et quand je dis nous balade, c’est dans le vrai sens du terme. On avance, on croit comprendre, ça n’est plus vrai la page suivante et ainsi jusqu’au dénouement.

On est touchés par Micah, cette ado « bizarre », si isolée, qui ne se sent pas en phase avec ses pairs, qui n’aime pas la musique, qui court toujours plus vite pour rien….et qui ment, irrépressiblement… et qui perd celui qui l’empêchait de se sentir seule !

Belle construction, belle imagination ! J’ai aimé…

Citations :

*Inventer des bobards, c’est une chose ; quand c’est eux qui te réinventent, c’est une autre affaire.

*-Ote-moi ce sourire ! a gueulé papa. J’ai tâché de ne pas rigoler. Il avait jamais dit ce genre de trucs : « Jeune homme » ou « ôte-moi ce sourire ».  On aurait cru qu’il citait un vieux manuel du parent en colère.

*Pete regarde par la fenêtre. Il est resté comme ça sans bouger depuis qu’on a quitté New York et qu’on a commencé à voir un vrai paysage de campagne. Décidément, il lui manque un quart d’heure de cuisson !

*Mentir sur l’amour, est-ce que c’est pas le pire des mensonges ?

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Anis (La librivore) 01/11/2010 22:38


ce type de livre n'est pas du tout pour moi...


LES PASSIONS DE LAURA 02/11/2010 07:42



ah bon ? pourquoi ?



pikkendorff 28/10/2010 23:22


belle chronique.
Rapide, efficace. Bravo