Quand souffle le vent du Nord de Daniel GLATTAUER

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

QUAND SOUFFLE LE VENT DU NORDEditions Grasset – 348 pages - 4è de couverture :

En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d’adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s’excuse, et, peu à peu, un dialogue s’engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s’étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l’un pour l’autre une certaine fascination. Alors même qu’ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l’autre… Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d’un chagrin d’amour. De plus en plus attirés et dépendants, ils repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre…

L’auteur :

Glattauer_web.jpgDaniel GLATTAUER est un écrivain autrichien né en 1960. Il est journaliste au Standard. C’est son premier roman traduit en français (4 ans après sa parution) ; à la demande de ses lecteurs, il a fait une suite qui n’est pas encore traduite. 

Mon avis :

Pour moi qui aime Internet et le tchat, je pensais que j’aimerais ce style d’écriture. Cependant, tout le bouquin, à force, c’est lassant. Ca se lit à 100 à l’heure, mais les valses-hésitations de Léo et Emmi m’ont fatiguée.

J’aurais essayé au moins, mais je n’ai pas été convaincue… 

Citations :

*Nous communiquons au milieu d'un désert. Nous avons sagement avoué quel était notre métier. En théorie, vous pourriez me faire un joli site internet et moi établir de vous un (médiocre) profil psychologique. C'est tout. Nous savons grâce à un mauvais magazine local que nous habitons dans la même ville. Mais à part cela ? Rien. Il n'y a personne autour de nous. Nous n'habitons nulle part. Nous sommes sans âge. Nous sommes sans visage. Nous ne faisons pas la différence entre le jour et la nuit. Nous vivons hors du temps. Nous sommes retranchés derrière nos écrans, et nous avons un passe-temps commun : nous nous intéressons à un parfait inconnu. Bravo !

*Non Leo, j’ai tout simplement le béguin pour vous. Vous me plaisez. Beaucoup, même! Beaucoup, beaucoup, beaucoup! Et je ne peux pas croire que vous ne vouliez pas me voir. Cela ne veut pas dire que nous devrions nous voir. Bien sûr que non! Mais par exemple, j’aimerais savoir à quoi vous ressemblez. Cela expliquerait beaucoup. Je veux dire, cela expliquerait pourquoi vous écrivez comme vous le faites. Parce que vous auriez exactement l’apparence de quelqu’un qui écrit comme vous. Et que j’aimerais bien savoir à quoi peut ressembler quelqu’un qui écrit comme vous. Ceci expliquerait cela.

Publié dans LIRE

Commenter cet article

la librivore 11/05/2010 19:03


J'ai effectivement entendu parler de ce livre. J'ai lu les extraits, et je me dis que c'est le piège des rencontres sur internet. On n'écrit pas comme on est. La plupart des gens sont déçus quand
ils passent du virtuel à la réalité car la place du fantasme est beaucoup trop grande.


LES PASSIONS DE LAURA 11/05/2010 23:15



Je tchatte pas mal et je pense au contraire que l'on peut écrire comme on est, y compris sur les sites de rencontres que j'ai fréquentés un temps.. Je ne saurais pas faire autrement ; je
n'ai qu'une personnalité !! Ce n'est pas toujours le jeu du chat et de la souris comme dans ce roman. C'est peut-être pour cela que j'ai trouvé ce livre lassant.