Tu devrais voir quelqu'un d'Emmanuelle URIEN

Publié le par LES PASSIONS DE LAURA

Tu devrais voir quelqu'un par UrienEditions GALLIMARD– 166 pages – 4è de couverture

Dans la vie de Sarah, il y a un bol rouge, des carnets pour écrire, trois médecins, une amie de toujours, quelquefois Julien et beaucoup de questions.

Dans la vie de Sarah, pas de place pour Janvier, qui pourtant s’y installe, évinçant tout le reste.

Dans la vie de Sarah, il n’y a plus que Janvier.

Un jour, c’est sûr, elle le tuera.

 L’auteur :

Emmanuelle UrienEmmanuelle URIEN est née en 1970. Elle a d’abord cherché sa voie, exploré le globe et mené de longues études de gestion et de langues, mais le monde de l’entreprise ne l’a pas intéressée.

Et puis, il y a quelques années, le démon des mots qui la traquait depuis l’enfance l’a rattrapée : elle écrit. Ses premiers pas d’auteurs la conduisent vers les concours de nouvelles, elle y gagne des prix, des lecteurs, un peu d’assurance. 2 livres de nouvelles à son actif : Noir, court et sans sucreLa collecte des monstres.

Elle est aussi musicienne, traductrice, écrit des fictions pour Radio France (« les petits polars », « les petites histoires ») et propose avec Manu Causse des lectures-spectacle musicales.

(sources : Amazon-Babelio) Le site de l’auteur : http://www.emmanuelle-urien.org/

 Mon avis :

Une plume comme je les aime et que je vais suivre de près,  à présent !

L’histoire est originale, le style rapide et nerveux, et je vous le recommande car la fin est surprenante.

Si j’en dis plus, j’en dis trop ! Mais ce qui est sûr, c’est que l’auteur est sacrément douée pour nous balader, nous balloter, nous remuer.

 Citations :

*Jeune femme médiocre sous tous rapports, prise dans la masse, invisible, étouffée, ne manquant à personne et ne se suffisant pas à elle-même, cherche sentiment d’être pour liaison vitale. Ecrire cerveau qui transmettra.

 *Mais être, en définitive, ça n’a guère d’intérêt. Encore faut-il que les autres s’en avisent. Qu’ils entérinent votre existence, dans les règles ternes de l’art du quotidien.

 *Marié, père de famille, une belle situation, le bonheur à fleur de peau, le vœu de tous les hommes. Mais sous l’ilôt serein qu’il présente à son entourage, avec plage, palmiers, ciel bleu et buffet à volonté, à fleur d’eau, il y a le mensonge. 

Publié dans LIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article