Le bonheur de Philippe DELERM

Publié le par LAURA

Le bonheur : Tableaux et bavardages par DelermEditions FOLIO –162pages – 4è de couverture

« Je suis heureux. Est-ce que ça va durer ? Voilà le sujet de ce livre. Ce sera un thriller, le plus authentique du siècle. Je suis cerné de toutes parts et jusqu’au fond de mon terrier. Sur chaque page va planer une menace de mort ou de cancer, d’accident de voiture, de mal de vivre, simplement. Mais je suis fort, j’ai plein de munitions, je vous en parlerai. Si la menace se précise, vous la vivrez au cœur de mon sang, de mon encre ? Si j’en réchappe, nous partagerons le butin. Peut-être… »

L’auteur :

Philippe DelermPhilippe DELERM est né en 1950 à Auvers-sur-Oise. Fils d’instituteurs, il a passé son enfance dans des « maisons d’école », fait des études littéraires et enseigné en Normandie où il vit depuis 1975. Il a reçu de nombreux prix pour son œuvre. Ce livre, sorti pour la première fois en 1986, en est à sa 5è réimpression.

(source : éditeur)

Mon avis :

Voilà un livre bien plaisant, à picorer à petites bouchées gourmandes, qui ont la saveur du temps qui passe et des petits riens qu’il faut savoir apprécier. Même si certains tableaux sont très personnels à l’auteur, on y retrouve des sensations connues et c’est bon !!!

J’ai beaucoup aimé par exemple le tableau sur Bruges (une ville où nous allons toujours avec plaisir car l’on y ressent une incroyable sérénité).

A lire pour se faire du bien !!!

 

Citations – bons mots – trouvailles littéraires :

* Tous ces petits bonheurs si simplement gagnés parce que le temps peut s'arrêter, et mesurer l'effort avant de repartir, tous ces petits bonheurs comptent dans une vie, font la terre plus douce, le plaisir meilleur, et Sisyphe va s'arrêter.

*Chacun garde pour lui ses îlots de silence et de temps arrêté. On n’y pénètre que par effraction, en mélangeant les pages, les images.

*C’est ça aussi, le bonheur des cuisines : sous les talents modestes de l’arôme et de la couleur, dominer le présent, supprimer les menaces, tenir le monde au creux d’un plaisir chaud, dans l’immobilité sucrée des heures.

*Il y avait dans le mot bonheur quelque chose de lourd et de repu. […] Je le dis aujourd’hui du bout des lèvres, en l’envolant, comme une bulle de savon d’impalpable lumière, ce mot que je trouvais si platement solide et rassurant.

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Anis 22/01/2011 17:13


J"avais lu "Quelques gorgées de bière...", mais cette philosophie des petits riens peut lasser un peu aussi.


LAURA 22/01/2011 21:25



Je crois qu'il ne faut pas lire les textes en enfilade mais revenir picorer dans le recueil. C'est ce que je suis en train de faire avec son dernier 'le trottoir au soleil'.